La hacienda Chan Chan, notre premier Workaway 6


Pour ceux qui n’auraient pas farfouillé notre site et donc pas lu ce qu’est « Workaway » (cf rubrique « Notre aventure ; Le projet »), c’est du volontariat chez des particuliers ou des professionnels, en échange du gîte et du couvert.

Première expérience pour nous dans ce domaine, et c’est Luke et Julie, un couple d’Américains installés en Equateur depuis deux ans que nous avons posé nos sacs à dos pour quelques jours.

Anciens profs tous les deux, Luke et Julie ont beaucoup voyagé, donné des cours dans plusieurs coins du monde, puis décidé de se reconvertir et ont acheté une ferme aux Etats-Unis. Mais en galère financière avec toutes les taxes et les contraintes liées à la ferme et au prix de la vie, c’est en Equateur qu’ils ont décidé de s’expatrier. Ils y ont racheté une ferme avec un cheptel de vache réduit par 4, mais qui leur rapporte beaucoup plus. Ici, seule la trayeuse est mécanique, mais amovible, car ce ne sont pas les vaches qui descendent à l’étable pour la traite, mais la trayeuse qui monte dans les champs pour traire les vaches deux fois par jour !

En complément, ils ont deux chalets en bois et bientôt un troisième qu’ils louent aux touristes.

Nos missions principales :

  • Aider Julie à faire la classe à ses enfants (ils ont 5 enfants de 1an et demi à 12 ans) qui ne sont pas scolarisés dans le cursus « classique ». L’école internationale de Cuenca étant à plus de ¾ d’heure de chez eux, pour des raisons pratiaues et parce qu’ils en ont les compétences, Julie et Luke ont donc décidé de faire cours à leurs enfants.
  • Préparer et servir le petit déjeuner aux touristes.
  • Aider Luke et Luis (Son employé équatorien) à l’entretien de la ferme (pour nous durant ces quelques jours : refaire des clôtures dans les pâturages, préparer le « corral » qui accueillera bientôt les vaches, déplacer les taureaux après qu’ils aient frayé avec les jeunes génisses…)

Le concept est le suivant : Nous devons travailler 5h par jour, de 8h à 13h, puis l’après-midi nous sommes libres de randonner sur les quelques sentiers de la propriété ou de vaquer à de quelconques occupations. Nous pouvons également, les aider dans différentes tâches à la ferme ou encore venir apprendre quelques techniques culinaires (fromage, pain, yaourt, beurre…). Le petit déjeuner est pris tous ensemble, ce qui permet d’organiser la journée, puis à midi et le soir, nous cuisinons nos propres repas avec ce qu’ils nous ont fourni.

C’est donc un lundi que nous sommes arrivés chez eux, à la fois impatients de les rencontrer, curieux de savoir où est-ce qu’on arrivait et un peu stressés aussi (enfin, surtout Gwen…) ne sachant pas trop ou est-ce qu’on mettait les pieds.

Julie est venue nous chercher dans le petit village de Chiquintad ou on s’était donné rendez-vous. Les sacs chargés dans le pic up, nous voilà lancés dans cette aventure ! Après avoir parlé espagnol pendant un mois, nous passons à l’anglais, ayant parfois quelques difficultés à capter tous ce qu’ils disent avec leur accent américain…Mais ma foi, ça l’a fait !

Arrivés à la ferme, Julie nous installe dans « nôtre » maison, tout en bois, rustique mais charmante, avec une cheminée pour les soirée fraîches nous dit-elle ! Cool !

Puis on fait la connaissance de Luke et des enfants, très sympas. (Bon, les enfants, comme les parents, ont un accent à couper au couteau et en plus ils parlent très vite… On comprend pas toujours tout…et eux non plus J )

Pour ce premier soir, ils nous ont invité à manger avec eux afin de faire plus ample connaissance (mais aussi parce qu’il n’y avait plus de gaz dans notre maison, et que les courses n’étaient pas faites) et on s’est retrouvés à manger super bien, avec du vrai pain, un fromage qui vaut bien les bons fromages alpins de chez nous, et quelques verres de vin chilien… On a discuté politique (la veille, Macron venait d’être élu chez nous…) puis nous sommes rentrés dans notre charmante demeure…glacée (faut dire, y a pas du tout d’isolation, c’est juste des planches de bois les unes sur les autres. A l’étage, ou l’on dort, il n’y a même pas de vitres aux fenêtres, juste des volets en bois… inutile de préciser que nous sommes dans les Andes, à environ 3000m d’altitude…ça caille !!)

Bon cela dit, la nuit se passe sans encombre (on a sorti nos gros duvets !) et le lendemain nous voilà sur le pont à 8h pétante !

Au menu : Un maxi petit dej (qu’on aura tous les jours ! Hum !!) avec des œufs, des pommes de terre, du fromage maison, du yaourt maison, du beurre maison, de la confiture maison, du pain et de la brioche maison… Presque tout est fait maison, un régal ! Puis il est décidé que Gwen allait rester faire cours avec Julie tandis que Yann irait aux champs avec Luke et Luis, refaire des clôtures en haut de la propriété.

Dans l’ensemble, le programme sera le même tous les jours durant notre séjour à la hacienda, sauf le jeudi et le vendredi ou Gwen est aussi monté aux champs pour faires les clôtures et préparer le corral.

Travail très physique dans les champs : Tandis que Luis faisait tomber les arbres afin d’en faire des poteaux, le travail consistait à acheminer tous les troncs en haut du champ, à la force de nos bras et de nos gambettes (on ne vous raconte pas le dénivelé…et comment c’était galère, un travail de titan !)  En nage et épuisée après sa première matinée dans les champs, Gwen a osé dire à Luis que son travail était difficile… ce à quoi il a répondu que « pas du tout, c’était agréable… ». Ereintés tous les deux, on n’a pas trop su comment le prendre…

Pas toujours très causant le Luis, et surtout lorsque Yann était seul avec lui, pas simple de communiquer tant l’espagnol de Yann, après seulement un mois de voyage, reste approximatif… Pas simple donc, ce travail dans les champs et surtout, pas aussi formateur que ce qu’on aurait voulu… Mais c’est le jeu, et dans tous les cas, toute expérience est bonne à prendre! (Quand on a su que la semaine après notre départ ils se remettaient à construire le troisième chalet en bois, Yann était fou, il aurait trop aimé faire ça plutôt que de porter des charges lourdes dans les champs, creuser des trous de plus d’un mètre de profondeur pour planter les poteaux et poser du fil barbelé…)

De son côté, Gwen a aidé Julie auprès des enfants la plupart du temps. Bien moins physique et certainement plus agréable. Lecture ou écriture avec Emmet ,4ans (qui se débrouille déjà comme un chef !), avec Sebastian, 9 ans (débordant d’énergie) et aussi avec Gwen, 7 ans (Leur fille était ravie car elle s’appelle Gwen aussi (Gwendolyn) et c’était la première fois qu’elle rencontrait une autre Gwen !). Mais aussi peinture, land art, pêche de têtards, mesure d’une baleine bleue sur la route à l’aide de grands bouts de bois, et jeux divers…  Quelques difficultés de compréhension parfois avec les enfants mais dans l’ensemble une complicité a pu se mettre en place. Et avec Ivan, leur grand de 12 ans, beaucoup plus autonome sur son travail scolaire, Gwen a mis en place une correspondance avec Océane, la petite cousine de Yann, en plus de s’être improvisée prof de français (pas si simple hein !).

Le samedi et dimanche, on était en weekend, on en a profité pour revenir sur Cuenca (on est descendu en stop, Yann à l’arrière d’un pic up !) afin d’acheter un nouvel ordi (pour continuer à vous raconter nos aventures !) et continuer à visiter la ville. On est rentrés plus tôt, le dimanche matin, après avoir convenu avec Julie et Luke qu’on les aiderait à faire le fromage !

Ça c’était vraiment top, on a adoré !! Et puis faut dire que leur fromage était vraiment bon, donc on est content d’y avoir contribué !

 

Eh oui, apprendre à faire du fromage en Equateur avec des Américains: check !!

Comme quoi tout arrive !!

On a quitté la hacienda le mercredi après-midi, afin d’avoir le temps d’aller randonner au parc national El Cajas avant de poursuivre nos aventures.

Pour voir plus de photos de la ferme, vous pouvez aller sur leur site >>haciendachanchan<<


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 commentaires sur “La hacienda Chan Chan, notre premier Workaway