Le parc national El Cajas 14


Après en avoir plusieurs fois entendu parler par d’autres voyageurs mais aussi par les gens du coin, nous avons décidé d’aller randonner et passer une nuit au refuge dans ce petit bout d’Ecosse.

En effets, paysages d’une rudesse magnifique, un sol gorgé d’eau faisant penser à la tourbe écossaise, les nuages affleurant à flancs de montagne, la magie des couleurs se dévoilant au fil des apparitions du soleil, ou de la brume…Tout ici laisse à penser que nous ne sommes plus en Equateur…hormis les 4000m d’altitude.

Tout autour de nous se dresse fièrement la montagne, végétation rase, de nombreuses lagunes formées par les eaux d’anciens glaciers

Jour 1 on commence par l’ascension d’une première montagne, bien raide, pour se retrouver sur les crêtes, en face à face avec cette nature indomptable. La vue est magnifique et en vaut bien la chandelle ! La descente est à l’image de la montée, raide, faite de falaises et de pierriers, d’autant plus que gorgé d’eau, le sol est glissant par moments. On ne se décourage pas et on continue pour au final faire 5h30 de marche le premier jour avec des paysages à couper le souffle ! Ici, tout est beau ! Sentiment d’être coupés du monde, et de se sentir tout petit dans cette immensité.

Sur les chemins que nous empruntons, la végétation n’a rien de commun. Nous croisons des fleurs de toutes sortes et de toutes les couleurs, des agaves, mais notre attention est particulièrement retenue par ces petites fleurs tout droit sorties d’un film de Tim Burton, en forme de petit berlingot, fragiles et magiques, on ne se lasse pas de les regarder ! On croise également une plante qui à tout l’air d’un corail rouge, improbable ! Enfin, le plus féérique sera cette forêt d’arbres entremêlés, quelque chose de mystique semble presque s’en dégager…On n’aurait pas été surpris de voir Alice au pays des merveilles sauter dans un terrier ou encore apercevoir un quelconque korrigan !

Après une nuit au refuge, nous rechaussons nos chaussures de rando pour une matinée de marche. Ce nouveau sentier nous mène dans des endroits que nous avions pu voir la veille du haut de la montagne, mais vu d’en bas, la vue est complètement différente, et finalement nous aurons souvent cette impression de voir plus de choses que de là-haut : cascades, lagunes, toujours ces petits berlingots, et l’impression de marcher sur un tapis en permanence.

La pluie nous a surpris ce deuxième jour en milieu de balade, mais même sous la pluie et la brume, le parc garde ce côté magique qui nous a tant plu, nous dévoilant une autre de ses facettes.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 commentaires sur “Le parc national El Cajas