Trujilio, Moches, Chimú et nous autres 3


Pour continuer avec nos zig-zags, c’est de nouveau vers la côte que nous nous dirigeons, afin de faire une halte avant de rejoindre la cordillère blanche, dont les nombreuses randos et trecks nous font de l’œil !

C’est donc à Trujilio, un peu plus au sud que Chiclayo que nous faisons halte, pas tout à fait par hasard…

En effet, Trujilio, non seulement c’est sur notre route (oui, bon, enfin, disons que suivant les lignes de bus, c’est sur notre route…), mais surtout, on y retrouve la civilisation Moche dont on vous a déjà parlé ! Mais alors à Trujilio, c’est d’une autre envergure ! On a pu y visiter notamment deux sites importants, « la Huaca de la Luna » et « Chanchan ».

Le premier, la « Huaca de la Luna », est une pyramide Moche en adobe, qui se dresse au pied du Cerro Blanco. Des fouilles et recherches ont permis d’y découvrir et d’apprendre beaucoup concernant le mode de vie des Moches, les sacrifices humains et animaux, et les différents dieux qu’ils vénéraient.

A quelques centaines de mètres, se trouve une autre pyramide, la « Huaca del Sol », dont les fouilles, encore en cours, ne permettent pas l’accès. « Huaca » pourrait être traduit par « temple ». La première était principalement le centre religieux, tandis que la seconde semblait être le centre économique et administratif de la cité.

C’est impressionné par la qualité de l’art et le mode de fonctionnement des Moches que nous visitons la Huaca de la Luna. En effet, les Moches avaient pour tradition de combler les étages et d’en ériger de nouveau à chaque cycle de vie. Ainsi, tous les 80/100 ans, ils construisaient un nouvel étage, et fermaient les dernier à l’aide de briques en adobe. Ainsi, conservé du soleil et de la chaleur, c’est au niveau des premiers étages que les archéologues (et nous aussi par la même occasion !) ont pu découvrir et apprécier les peintures les mieux conservées ! La figure emblématique de la Huaca de la Luna représente la divinité de la montagne, entouré de vagues ou de tentacules de poulpes. La Montagne et la Mer représentent tous les deux des dieux que vénéraient les Moches. La pyramide compte 5 niveaux, dont les 4 premiers avaient été comblés.

La visite continue et nous sortons de la pyramide pour aller apprécier la fresque géante dont se pare un des côtés extérieurs de la pyramide, que pouvaient admirer les villageois lors des grands rassemblements, notamment lors des sacrifices. Ceux-ci étaient nombreux afin d’obtenir l’indulgence des dieux. Magnifiques fresques et représentations divines ou animales, témoignant de la vie et l’activité des Moches.

Vers la fin du Vè siècle, les phénomènes climatiques dévastateurs tels qu’El Niño firent redoubler le nombre de sacrifices et offrandes faits aux dieux, mais qui semble-t-il n’eurent aucun effet. Peu à peu, les Moches perdirent confiance en leurs dieux et quittèrent leur temple sacré, non sans engendrer des émeutes et conflits divers encourant à la perte de la civilisation. Seul un petit groupe se réunit et construisit un autre temple, un peu plus en hauteur sur le Cerro Blanco, continuant de vénérer les dieux si capricieux…

On en avait déjà pris plein les yeux dans la matinée, mais après avoir pique-niqué sur la place des armes et s’être fait regarder de travers par un tas de gens (personne ne pique-nique ici, les bouis bouis locaux sont tellement peu cher…), on a retrouvé notre groupe pour aller visiter le complexe archéologique Chanchan. (Pour les plus addicts, rien à voir avec notre volontariat en Equateur hein !)

Chanchan, c’était la capitale de la civilisation Chimú. On connait peu de chose de cette civilisation qui a laissé moins de traces que les Moches. Toutefois on peut visiter une des citadelles de la ville, qui s’étendait sur plus de 20km2 ! Faut dire, Chanchan est la plus grande cité en adobe précolombienne d’Amérique ! En arrivant sur le site on aperçoit de nombreuses autres citadelles, plus ou moins détruites, le plus souvent par le temps et les éléments. Selon notre guide, chaque roi avait sa propre citadelle. Lorsque celui-ci mourrait, il y était enterré avec sa suite, et une nouvelle citadelle était construite pour le nouveau roi. Ceci expliquerait le nombre de citadelles (Une dizaine environ !). Plus tard, les Incas ont envahi Chanchan et y seraient restés plus de 10 ans.

Nous sommes autorisés à visiter le site « Nik-An », qui signifie « maison du centre ». On y découvre des frises étonnantes, représentant des vagues et des loutres de mer. Plus loin, des poissons et des pélicans ornent les murs, ainsi par endroit une succession de lignes qui représenteraient les marées. Selon les historiens, le peuple Chimú aurait voué un culte à la Lune et la Mer.

Bien que les fresques aient été largement restaurées, le spectacle n’en reste pas moins impressionnant quand on sait que ce complexe était durant des années enseveli sous des tonnes de sables également. Une partie a d’ailleurs été détruite malencontreusement lors de l’extension de la ville de Trujilio, le complexe ayant été pris, avant qu’il ne soit découvert, pour un désert de sable largement exploitable ! Le site est classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1986.

Encore une journée riche en découverte, qui se termine par une virée au bord de l’océan pacifique ! On y prend l’air du large avant de prendre un bus de nuit qui nous conduira à Huaraz dans la cordillère blanche. Détente en observant les surfeurs glisser sous les derniers rayons du soleil !!


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “Trujilio, Moches, Chimú et nous autres