L’Ausangate 6


Comme on vous l’a dit précédemment, à l’auberge on a rencontré Diane et Vincent, un couple de bretons qui voyagent depuis un bon moment déjà (Ca fait 11 mois qu’ils sont parti eux !), amoureux des treks et de la nature, mais surtout habitués à faire des treks en autonomie. Ils envisageaient de faire le trek de l’Ausangate quelques jours plus tard, mais auraient souhaité le faire avec d’autres personnes, sachant qu’il est plus facile de se motiver dans les moments difficiles quand on est plusieurs et puis aussi tout simplement parce que c’est sympa ! Nous de notre côté, on n’avait pas prévu de faire ce trek, Yann l’avait déjà fait il y a 5 ans et puis on se disait qu’on ne pouvait pas tout faire. De plus, un peu échaudés par l’expérience du Salkantay, on ne voulait pas passer par une agence mais on ne se sentait pas non plus assez balèzes pour faire ça en autonomie complète…C’est pas pareil de porter son gros sac, la tente, le réchaud, le gaz, et toute la bouffe quand on est entre 4500m et 5200m d’altitude pendant 5 jours ! Jusqu’à présent sur les autres treks on n’avait que nos petits sacs à dos, ce sont les mules qui portaient tout !

Mais du coup, on s’est dit qu’à 4 ça serait peut-être plus facile en effet, que ça nous permettrait de voir comment ça se passe en autonomie et de se tester un peu… Et puis on avait le temps de le faire, et Yann en gardait un souvenir grandiose…

On n’a pas hésité très longtemps quand ils nous ont proposé de le faire avec eux !

C’est donc sans mules, sans cuisinier et avec nos gros sacs bien chargés qu’on est parti pour Tinke, à 3H de Cusco, d’où commence le trek. Diane et Vincent avaient quand même décidé de le faire avec un guide, qu’ils avaient déjà contacté, afin d’avoir quelques infos et de faciliter le passage dans les communautés. On l’a donc rencontré le soir, avant de partir le lendemain. Peu habitué à ce genre de trek, il nous propose cependant de faire un détour vers la célèbre depuis quelques années « Rainbow mountain » ou « Montaña de 7 colores », une montagne zébrée de plusieurs couleurs, prisée des touristes, qui font des tours à la journée en partant très tôt de Cusco pour la voir ! Il nous dit qu’il va évaluer si on marche bien ou non, pour voir si on peut la faire.

Nous partons donc le lendemain matin pour une journée de 4-5 heures, tranquilles. Sur le chemin, l’Ausangate face à nous, nous admirons les pics et sommets enneigés, et passons dans de tous petits village. On s’arrête pique-niquer au pied d’une petite lagune dans laquelle se reflète la montagne, c’est magnifique !! Puis nous arrivons à Upis, première étape ou on a pu profiter de l’eau thermale sortant directement de la montagne ! Pas tant que ça mérité (On avait pas marché beaucoup…)  mais fort agréable !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On monte la tente et on se cuisine nos pâtes chinoises un peu avant le coucher du soleil (autrement dit 17h…) ; Ici, le soleil se couche super tôt, et le froid arrive très vite, nous obligeant à nous emmitoufler dans nos sacs de couchage !!

Le lendemain, réveil à l’aube pour partir après avoir pris un maté de Coca (les fameuses feuilles qu’on doit te rapporter Benoit !! 😉 ) et un bon petit dèj à base de granola.

Après avoir replié les tentes, on cale nos sacs sur nos dos et c’est parti !! C’est pas moins de 18km qu’on fera ce second jour, passant un premier col assez rapidement nous permettant d’apercevoir quelques vigognes au loin. Les vigognes, rien à voir avec les cigognes… ce sont des « lama-biches »… Autrement dit, ça ressemble à des lamas, mais en plus petit, plus fin, un plus haut cou, et des yeux de biches… Des vigognes quoi ! Bon, on vous met une photo, vous y verrez plus clair !

Puis on continue, on passe par de magnifiques lagunes, au pied du glacier Ausangate, qui ne cesse de reculer si on écoute Braulio, notre guide… Yann confirme, dans ses souvenirs il y avait plus de neige il y a 5 ans… Comme quoi mon cher Trump, le réchauffement climatique n’est pas un leurre !

Petite pause au pied de la lagune, avant d’entamer l’ascension du second col de la journée !! Ca grimpe dur, et on est pas aussi à l’aise que sur le Huayhuash ou le Salkantay, ou seuls nos petits sacs venaient entraver la montée !

Enfin, après une bonne heure, nous arrivons au col, 4800m d’où nous avons une vue époustouflante !! D’un côté, le glacier et les lagunes que nous avons admiré toute la matinée…de l’autre des montagnes rouges et vertes, pas de végétation en vue mais des nuances dans la roche et la terre qui donnent un peu le vertige… c’est magnifique !! C’est un peu venteux, mais on se cale derrière un mur de pierres et on décide de pique-niquer avec cette magnifique vue !!

Vient ensuite la descente, qui doit nous mener au campement d’où on partira pour aller voir la montagne des 7 couleurs ! On y arrive éreintés mais contents ! Ici également, le soleil se couche vite, et laisse place au froid. Des pâtes chinoises et au lit !!!

Le lendemain, debout 4h30, pour partir à 5h, de nuit pour la montagne des 7 couleurs. Nous laissons nos gros sacs et les tentes au campement, et décidons de prendre le petit dèj au retour. C’est parti ! Mais c’était sans savoir ce qui nous attendait ! Départ dans la nuit noire, nos lampes sur le front, bonnets, gants, polaires…Ca grimpe rapidement, on a un premier col à passer. Mais arrivés au milieu de la montée, Gwen s’arrête, fatiguée, les doigts congelés et qui la lance (Pu***n de syndrome de Raynaud !!), la tête qui tourne… On fait donc une pause, en attendant que le sang daigne revenir dans ses doigts et on en profite pour manger quelques barres de céréales. Il ne faut cependant pas rester trop en place, le soleil ne s’est toujours pas levé et le froid risque de gagner le reste du corps… Allez on avance ! Nous arrivons au col (5000m) juste à temps pour apercevoir le lever de soleil, splendide ! Braulio nous montre le chemin…ah…Il reste encore tout ça ? La vallée qui s’étend devant nous est magnifique, mais on ne pensait pas que c’était si loin… Aller, ça va mieux, le soleil s’est levé, on commence à se réchauffer, ça va aller ! On descend, on descend, on descend, et au fur et à mesure que l’on avance, le soleil s’étire sur le flanc des montagnes, dévoilant des couleurs et des reliefs à couper le souffle !!

Nous arrivons à la montagne des 7 couleurs à 7h30, parfait, les touristes de Cusco ne sont pas encore là !! On est un peu essoufflés, elle culmine quand même à 5050m elle aussi…

Elle est vraiment dingue cette montagne, zébrée de rouge, de bordeaux, de vert, de marron, d’ocre, de beige, de gris…Tant de nuances qu’on pourrait croire que chaque matin, des petits lutins viennent faire de belles lignes pour les touristes ! Il y a 5 ans, Yann ne l’avait pas vue, ce n’était pas encore une attraction dans ce coin… C’est vraiment bluffant ! On profite non seulement de la montagne de 7 couleurs, mais aussi de la vue de dingue qu’on a sur toute la vallée : le blanc de l’Ausangate, le vert et le rouge des montagnes environnantes, le soleil qui se lève et donne au paysage une atmosphère féérique !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On fait demi-tour pour revenir au campement afin de prendre notre petit déjeuner. Nous y arrivons à 8h30, les estomacs crient famine ! Si vous avez bien noté, nous en sommes déjà à 3 cols à 5000m au moins dans la même journée… Gloups !

Lorsque nous quittons le campement, le soleil est déjà haut. Il est près de 10H30, et c’est parti pour une longue journée de marche qui continue ! Dans un premier temps, c’est relativement plat, nous suivons la vallée en surplombant de petits hameaux, jouissant toujours de ces montagnes vertes et rouges si atypiques. Puis nous retrouvons l’Ausangate et le glacier d’un de ses versants. Le quatrième et dernier col de la journée est tout là-haut…à 5150m… Courage !! La montée est moins rude que le matin, des zigs-zags permettent d’y aller plus tranquillement. On s’arrête quand même au milieu de l’ascension pour pique-niquer, et profiter de la vue sur la lagune formée par la fonte du glacier.

Et puis quand faut y aller, faut y aller… On grimpe, on grimpe pour arriver au col, heureux mais fatigués !! Braulio nous dit qu’ensuite ça ne va faire que descendre… Heureusement ! Bien que de jours en jours nos sacs s’allègent en nourriture, tout le reste de l’équipement pèse sur nos épaules…Et gravir 4 cols à plus de 5000m dans la même journée, c’est un peu un truc de dingos !! On n’avait pas compris ça quand il nous avait parlé du détour pour la montagne des 7 couleurs ! Cela dit, on l’a fait, et on n’est pas peu fiers !!

Chose promise, chose due, en effet, ça ne fait que descendre ensuite. On observe au pied du glacier une lagune rouge, formée il y a 4 ans, par la fonte des glaces…Elle tient sa couleur de la terre, rouge, mais aussi du souffre présent dans la roche. C’est superbe !! Autour de nous, les sommets enneigés se dressent, fiers et entourent la vallée dans laquelle nous descendons, jusqu’au campement. C’est après 28km, 4 cols à plus de 5000m, et environ 10h de marche que nous posons enfin nos sacs… On en peut plus !!!

Braulio nous propose de nous lever à 5h30 le lendemain, pour qu’on arrive assez tôt au dernier campement… On lui dit qu’on se lèvera pour déjeuner avec le soleil, que pour le moment on en peut plus !! Le matin à l’aube, il fait un froid de canard pour petit-déjeuner, et de plus, c’est mieux pour les tentes de les replier après qu’elles aient un peu séchées. Il gèle toutes les nuits, d’ailleurs Gwen a rajouté une couverture polaire acheté à Cusco avant de partir dans son sac de couchage -8°C, et ce n’est pas du luxe !!

Ce troisième matin, on part donc vers 7h30. On croise quelques ruisseaux et cascades qui sont gelés et on s’amuse à casser la glace avec nos bâtons (des grands gamins quoi ! 😉 ), ainsi que de nombreux lamas et alpagas. C’est vers le dernier col qu’on se dirige, un seul aujourd’hui, et c’est bien suffisant pour nous ! Pour s’aider un peu, on tente de prendre une mixture que Diane et Vincent ont déjà expérimenté sur un autre trek : mâcher des feuilles de coca, les caler dans la joue, prendre une pincée de bicarbonate de soude et un peu de de « cendre »…il parait que c’est le combo idéal pour parer les effets de la fatigue lié à l’altitude. Pas super efficace pour nous, mais sur le coup on a l’impression d’être un peu des incas nous aussi !!! 😉

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On a la chance de pouvoir apercevoir plusieurs condors en haut des montagnes, survolant les pics et paraissant tout petits vu de là-haut…Mais Braulio nous le confirme, ce sont bien les fameux rapaces géants !

Ca monte en douceur ce matin, c’est bien plus facile et vers 11h30 nous arrivons au col, 5000m lui aussi… Mais c’était le dernier ! On profite de la vue sur les glaciers et on commence tranquillement à descendre. On passe par plusieurs lagunes, de couleurs variant du turquoise au bleu marine, au top ! Dernier pique-nique devant l’une d’entre-elles avant de poursuivre jusqu’au dernier campement. On y arrive peu avant le coucher du soleil, et on décide de profiter d’une petite bière tant que les rayons du soleil nous réchauffent, juste après avoir planté nos tentes. L’avantage ce soir-là, c’est qu’il y a une petite maison dans laquelle on peut s’abriter et cuisiner. On en profite pour faire une petite partie de dés avant de préparer nos pâtes chinoises (On en peut plus des pâtes instantanées !!!!! Mais c’est ce qui pèse le moins lourd…). Puis dodo, on commence à être vraiment fatigués !

Le lendemain, on se lève vers 6h, dans l’idée de partir à 7h30. Mais l’endroit est très humide, il a fait très froid, encore plus que les autres nuits, et la tente est encore plus gelée que les autres nuits… On attend bien 8h, 8h30 pour partir que les tentes dégèlent… On en peut plus du froid !!! On veut du chaud, du soleil, un plaid, du café, un lit !!!!!

Dernières heures de marche ce matin-là, qui nous ramènent au village de Tinke d’où nous prendrons le bus pour rentrer à Cusco.

 

 

Nous remercions Braulio pour ces 5 jours et lui donnons la traditionnelle « propina ». Au Pérou, il est d’usage de laisser un pourboire aux guides et porteurs lors des treks. En tant que porteurs, on s’était déjà alloués une bière la veille ( J ), on a donc laissé une jolie somme à notre ami. D’autant qu’au cours du trek, on a pu comprendre que c’est l’agence de son frère qui l’emploie, et sur les 90 soles journaliers que nous avons payé, il n’en touche que 20…soit l’équivalent de 5euros… Pour du 24/24… Il nous explique faire le tour de l’Ausangate environ une fois par mois. Le reste du temps, il construit sa maison en adobe et élève quelques vaches dont il vend le lait, lui permettant de récolter quelques soles par jour pour vivre avec sa femme et son fils de 2 ans… On ne vit vraiment pas dans le même monde. On ne lésine donc pas sur le pourboire, il l’a bien mérité !

C’est fatigué mais fiers de nous que nous rentrons de ce magnifique trek ! Yann est ravi de l’avoir fait une seconde fois. Très différent d’il y a 5 ans, la montagne des 7 couleurs en plus et surtout on s’est prouvés qu’on pouvait porter nos gros sacs et tout ce dont nous avons besoin en autonomie durant 5 jours, avec des dénivelés important et un froid de canard !!

Allez, hop, au chaud maintenant !!! On rentre à l’auberge !!


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 commentaires sur “L’Ausangate