y’a pas qu’dans le beurre qu’y a du sel… 14


On l’attendait depuis notre arrivée en Bolivie, ça y est, c’est parti pour la découverte du Sud Lipez et du Salar d’Uyuni!!

Le sud Lipez, c’est la partie sud-ouest de la Bolivie, enclavée entre le chili et l’argentine, regorgeant de merveilles naturelles et surtout préservée en partie de l’activité humaine. Très peu de villages et une seule route, ou plutôt « piste », qui relie la Bolivie au Chili. Et au nord, on arrive sur le Salar…trop hâte !!

A peine arrivés à Tupiza, nous cherchons la fameuse agence qu’on avait repéré. A la fois sur le routard, mais aussi sur divers blogs, on avait entendu parler de « Tupiza Tours ». Echaudés par certaines agences au Pérou, on décide de ne pas prendre trop de risque, quitte à payer un peu plus cher. Le Salar et le sud Lipez nous font tellement rêver, pour nous c’est un peu le point d’orgue du voyage en Bolivie, on voudrait pas que ça soit gâché !

Bon accueil à l’agence, et prix correct, allez hop, on réserve pour partir dès le lendemain ! On sera juste tous les 4 dans le 4X4, parfait ! Beaucoup de kms nous attendent, mais ça ne nous fait pas peur !!

C’est tout excités qu’on s’endort, impatient de découvrir lagunes, déserts et bien-sûr, l’immense étendue du Salar d’Uyuni (qui fait quand même environ 2000km2 de plus que le Finistère !!)

On vous emmène ??

Rendez-vous 8h à l’agence, ou on charge nos sacs et valises sur le toit du 4X4. On fait la connaissance de Willmel, notre chauffeur et guide pour ces 4 jours, ainsi que Lupe, notre cuisinière.

Une fois que tout est chargé, on démarre et c’est parti !! Willmel nous explique qu’on va s’arrêter dans différents endroits, mais que la première journée est surtout du transfert pour arriver dans la réserve naturelle Eduardo Avaroa, ou autrement dit le Sud Lipez !

On s’était un peu renseigné et on savait que la première journée serait moins intéressante que les 3 autres, mais qu’à cela ne tienne ! Et on n’a pas été déçus !

Premier stop à « Palala », des formations rocheuses impressionnantes, tout près de la ville, puis second stop à « el Sillar », un point de vue superbe sur la vallée d’où se détachent des cheminées de fées…Pour un trajet qui s’annonçait comme un « transfert », on est déjà bien satisfait ! La vue est magnifique, et le temps est de la partie !! Cela dit, j’avais passé commande : ciel bleu pendant 4 jours siouplé !!

Ensuite on roule pendant une heure environ avant de nous arrêter sur une grande plaine ou paît tout un troupeau de lama, les premiers pour Marie et Louis !! On descend, Yann a bien essayé d’en énerver un, mais à part le faire fuir en courant, il n’aura pas réussi à lui soutirer de crachat…(désolée Gaidig…) bref, petite pause sympa pour se dégourdir les jambes ! Quoiqu’on n’est pas si mal dans le 4X4 !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On continue la route ensuite en passant des cols à 4800m, et des vues imprenables sur les montagnes alentours…Et des animaux improbables : des autruches ! Si on nous avait dit que des autruches vivaient là, à cette altitude, on croit bien qu’on ne l’aurait pas cru !

Vers midi, on arrive dans un petit village, Cerillos, ou l’on va déjeuner. Ici, toutes les maisons sont en adobe et l’activité principale du village est l’extraction de cobalt (enfin, de ce qu’on en a compris).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après manger, on reprend la route et les paysages de toutes les couleurs ! On s’arrête un peu plus loin que San Antonio de Lipez, ou l’on visite un village fantôme… Bâti par les populations pré-incas, ce village fut investi par les fameux incas, puis par les espagnols lors de la colonisation. Sauf que la peste est arrivée et aurait décimé la plupart des habitants, laissant le village à l’abandon. Depuis, par superstition, personne n’a réinvesti le village… L’église, bien qu’en partie détruite, est assez impressionnante et les ruines s’étendent sur plusieurs km2 !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On remonte en voiture, prochaine étape, la lagune de Morejon! Juste avant d’y arriver, joli point de vue sur la lagune… a 4855m, un record pour Louis et Marie ! Première fois qu’ils s’aventurent plus haut que le toit de l’Europe ! Le soleil commence à se coucher lorsqu’on arrive à notre premier refuge : Queteña chico. C’est sommaire mais suffisant : une chambre, 4 lits et un bon repas qui nous attends ! On fait aussi la connaissance des autres personnes qui font le tour avec nous mais dans d’autres 4X4, quasiment tous français : les Fifous (ils se reconnaitrons 😉 ), Camille et Marin, Martine et Bernard, et les autres, avec qui on aura passé 4 jours bien sympa !

Le lendemain, départ à 7h30 ! Rapidement après avoir quitté le refuge, on passe entre des lamas qui rejoignent leur enclos, il y en a par dizaines !! Encore des lamas, youhou! Puis on fait quelques kms, jusqu’à arriver à la première lagune de la journée (et il y en aura un paquet !), la laguna Hedionda Sur, superbe avec les montagnes au loin qui se reflètent dans l’eau, et le sel de ses eaux saumâtres qui s’est déposé sur les berges.

On continue la route, jusqu’à arriver à une autre lagune (oui oui, encore ! Et ce n’est pas la dernière, elles ont toutes leur petit « truc » qu’on a adoré !!), la Kollpa laguna, ou on peut apercevoir nos premiers flamants roses du Sud Lipez ! Un peu effrayés à notre approche, ils s’envolent, dévoilant leurs grandes ailes roses et noires aux extrémités… c’est beauuu !! On remonte jusqu’au 4X4 et on continue la route. Direction le salar de Chalviri, première grande étendue de sel que nous voyons ! Mais attention, Wilmel nous dit que ça n’a rien à voir avec le salar d’Uyuni ! Ici, la concentration en sel est de 20% environ selon lui. Cela dit, peu importe la similitude, nous on adore !! cette étendue de sel, de blanc, sous le ciel bleu azur…décidément, on se dit qu’on a de la chance d’être là…Et on n’est pas au bout de nos surprises !

En fin de matinée, nous arrivons aux thermes de Polques, ou un plouf dans une eau à 35° nous attend !! La vue est vraiment agréable, une belle lagune aux eaux turquoises dans laquelle vit des flamants roses également. Après s’être délassés dans l’eau chaude (les parents sont restés prendre des photos), on déjeune d’un bon repas chaud préparé par Lupe, miam !!

Notre périple reprend rapidement après avoir mangé, et nous passons par le « désert de Dali », nommé ainsi en hommage aux tableau du peintre, ayant quelques similitudes avec le paysage que nous offre la nature à cet endroit ! C’est magnifique !

Puis nous continuons jusqu’aux lagunas blanca y verde (blanche et verte), à 4400m, qui sont vraiment exceptionnelles, surtout la verte qui nous émeut particulièrement ! On aperçoit le volcan Licancabur, qui culmine à 5950m et fait frontière avec le chili. Selon la légende, du temps des Incas, des vierges de 15 ans y étaient sacrifiées…

C’est à regret que nous quittons le site, mais d’autres merveilles nous attendent, et c’est pas le tout, mais ça caille !! La journée n’est pas finie, nous reprenons la route jusqu’aux geysers de Sol de Mañana, à 5000m d’altitude, nouveau record pour Louis et Marie ! C’est bluffant, dans un décor très aride, des restes de glaciers se mêlent aux vapeurs et fumées soufrées des geysers, ça bouillonne, ça fait de drôles de bruits (et ça pue l’œuf !), mais on trouve ça exceptionnel !! 😉

Enfin, dernier stop de la journée avant d’arriver au refuge, la « Laguna Colorada » ou encore « Laguna Roja », toute rouge ! Elle tire sa couleur des algues et microéléments qui y vivent, attirant les flamants roses par centaines !! Bien que certains vivent ici à l’année, beaucoup d’entre eux vivent ailleurs mais reviennent ici vers le mois de décembre pour se reproduire et pondre. Ainsi, la première alimentation des bébés flamants rose qui naissent en février est constituée des algues rouges et autres artémies qui participent à la coloration du plumage. On prend le temps une petite heure de se balader et de profiter de ce paysage hors du commun !

La journée a été bien remplie, c’est fatigué mais les yeux plein d’étoiles qu’on arrive au refuge ! Un bon thé chaud nous y attend, suivi d’un repas. Extinction des feux à 21h…On est au milieu de nulle part et le générateur qui fournit de l’électricité ne fonctionne que de 19h à 21h ! Allez hop, au lit !

Au petit matin, après un bon petit dej avec des pancakes (ou panqueques comme ils disent par ici), on repasse par la Laguna Colorada, sur un autre point de vue, différent de la veille avec en bonus la brume matinale qui donne un aspect mystique à la lagune. Des lamas sont venu s’abreuver, sans perturber outre mesure les flamants roses. C’est superbe !! On en doutait pas, mais la journée commence vraiment bien !

La route reprend, direction le désert de Siloli et « El arbol de Piedra », l’arbre de pierre. C’est en effet impressionnant, au milieu d’un désert de sable, des formations rocheuses, formée par la lave, s’érigent en des formes plus ou moins improbables. A certains endroits, malgré le soleil présent une bonne partie de l’année, des blocs de glace s’accrochent aux roches, témoins de l’altitude et de la fraîcheur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques Km plus loin, nouvel arrêt dans le désert, ou l’on se sent tout petit dans cette grande étendue, toujours sur les tons de Dali et sur fond de montagnes enneigées…On en prend plein les yeux !

On remonte dans les 4X4, et on roule un petit moment dans le désert, Wilmel suivant les traces des autres 4×4 laissées par le temps, aucune route ou vraie piste ne passant par là. Tout à coup, juste après une côte, whaou ! On découvre la « Laguna Honda », majestueuse, nichée entre les montagnes, celles-ci se reflétant sur ses eaux limpides (Sortez les violons !! Nan, mais en vrai, c’est difficile de mettre des mots sur la beauté de la nature, tant elle a à nous offrir !).

L’arrêt suivant se fait à la Laguna Hedionda où là encore les eaux saumâtres laissent un dépôt blanc le long des berges et assurent aux flamants roses un environnement adéquat. Beaucoup moins sauvages ici, ils se laissent approcher d’assez près, tout en respectant la limite de sécurité imposée par nos guides. C’est drôlement chouette de pouvoir les admirer de près !

Prochaine étape, la Laguna Negra (On vous avait dit qu’il y en avait plein des lagunes ! Et vous l’aurez compris, beaucoup d’entre elles portent le nom de leur couleur). Pour y arriver, on passe par des pistes plus qu’arides, et on peut apercevoir plusieurs volcans actifs et leurs effusions de fumées dont le volcan Ollague qui culmine à 5865m. On pique-nique à la Laguna Negra, parmi des formations rocheuses assez incroyables, c’est chouette !! Et quand je dis, pique-nique, c’est pas du pain pâté hein ! (Quoi qu’on aurait adoré !!), non non, salade de quinoa, poulet, petite salade verte, betteraves et carottes râpées…Grand standing !

Petite sieste au soleil avant de repartir, puis on file vers le Salar de Chinguana. Plus tout à fait très salé, il ressemble surtout à un grand désert…où passent encore certains trains de marchandise les mardis et jeudis, pour faire la liaison avec le chili. Pas de train pour nous, c’est dimanche !! Mais la vue est superbe et surtout, Wilmel nous dit qu’on est plus très loin du Salar, le grand, le vrai !!

On reprend la route jusqu’à San Juan, un tout petit village ou la spécialité est la culture du quinoa…Et la conception de produits dérivés pour le grand public : bière au quinoa, chocolat au quinoa, farine de quinoa… Bon, on n’a pas acheté de farine…mais 4 bières qu’on a fort appréciées ! Petite visite de leur mini musée (ou l’on a découvert qu’il existait du quinoa rose, rouge, blanc, beige, jaune…) et on repart déjà afin d’arriver pas trop tard au dernier refuge…Un hôtel de sel !!

On y arrive juste un peu avant que la nuit ne tombe. La route pour y arriver s’est blanchie au fur et à mesure qu’on avançait, nous donnant un avant-goût de ce qu’on va admirer le lendemain. Toutes les briques du refuge sont faites en sel (si, si, on s’est amusé à les gratter un peu…et on a goûté, c’est bien du sel !), les murs extérieurs et les cloisons intérieures, c’est excellent !  Et ce soir-là, attention, on a droit à une douche ! Pas qu’on ait beaucoup transpiré dans notre 4X4…mais quand même !! Un bon repas, on finit les bières au quinoa, et hop, au lit ! On se lève avant l’aube le lendemain, pour aller profiter du lever de soleil sur le Salar !

4h30, c’est l’heure !!! Bien qu’encore à moitié endormis, l’excitation ne tarde pas à se faire sentir !! On monte rapidement dans le 4X4 après avoir chargé nos sacs et valises sur le toit, et on part dans la nuit noire, découvrir cette fameuse étendue blanche dont on ne cesse de se languir ! On a tous les 4 le regard rivé aux fenêtres, et sur les premiers rayons de soleil qui viennent éclairer l’horizon, semblant nous narguer… Mais Wilmel, notre super pilote, fonce dans le salar, semblant presque flotter sur cette étendue blanche qui nous impressionne bien qu’on ne distingue pas encore bien ce qui nous attend. Vers 6h15, on arrive sur l’île Inkahuasi, une ile de roche et de cactus géants, au milieu du Salar. On monte le plus rapidement possible le sentier qui nous mène au sommet afin de profiter pleinement du lever de soleil dans cette ambiance féérique !!

C’est un truc de dingue, à l’intérieur, on est comme des petits fous, comme des enfants qui attendent le feu vert pour ouvrir leurs cadeaux à noël, et pourtant, on se pose, on ferme les yeux, on profite de l’endroit, puis on observe partout autour de nous et on attend (pas longtemps !) que le soleil laisse passer ses premiers rayons, venant darder le ciel, éclairer le Salar qu’on découvre un peu plus, dévoilant son immensité, sa blancheur, nous laissant perplexes, subjugués, fascinés, émerveillés… C’est un spectacle extraordinaire que même le froid, intense, n’aurait pu gâcher ! On observe, sourire aux lèvres, cette incongruité de la nature, cette mer de sel à 3856m d’altitude, qui s’offre à nous. Les cactus géants confèrent au lieu une atmosphère de western, tout à fait improbable, mais fort charmante !! C’est le cœur gonflé à bloc, les yeux qui pétillent, et les pieds et les mains gelées, qu’on redescend prendre un bon petit dèj en bas, dehors, attendant que le soleil se lève un peu plus pour venir nous réchauffer.

 

Puis nous partons nous balader et faire quelques photos, pour immortaliser notre passage dans ce désert si atypique, le plus grand désert de sel du monde !

On ne se lasse pas de regarder l’horizon, des effets de mirages viennent d’ailleurs perturber notre vision, nous donnant parfois l’impression que les montagnes au fond flottent… On a bu que du café au p’tit dèj hein ! 😉

Plus tard, après avoir rejoint une partie du groupe avec qui on a partagé nos 4 jours, on se prend au jeu des photos avec des effets de perspective, ce qui nous fait bien rire !!

Puis on rejoint un ancien hôtel de sel au milieu du Salar, devenu un musée depuis. Non loin, le monument en sel, érigé en 2014 lors du passage du Paris-Dakar. On peut voir également quelques montagnes de sel, plus présentes pour la déco que pour l’exploitation, celle-ci se faisant plus en frontière du Salar dans des petits villages. Enfin, nous arrivons à Colchani, petit village lui aussi en bordure du Salar, dans lequel nous terminons notre périple blanc. Ici, boutiques à touristes et repas de midi, et il est déjà temps de regarder derrière nous pour voir pour la dernière fois, cette splendide étendue. On en a pris tellement plein les yeux, on est comblés !!

Pour terminer notre périple de 4 jours, wilmel nous propose de passer chercher des billets de bus au terminal de bus afin qu’on soit sûr d’avoir des places pour partir vers La Paz dans la nuit, puis nous nous rendons au cimetière de trains d’Uyuni.

Wilmel nous explique qu’autrefois, Uyuni était la seule ville où se faisait la maintenance et la réparation des trains de marchandise qui transportaient le sel et les différents minerais extraits en Bolivie. Lorsqu’un wagon ou une locomotive ne pouvait être réparé, ils les laissaient là, à l’abandon… Ambiance de western assurée là aussi !!

Et puis voilà, il est l’heure de se quitter… Wilmel nous ramène au centre d’Uyuni où l’on va attendre notre bus… Nous le remercions chaleureusement pour ces 4 jours magiques qu’on a passé dans le Sud Lipez et le Salar, sa conduite au top et toutes ses explications !

On aura passé 4 jours intenses en découvertes, en observations, 4 jours de 4X4 qu’on redoutait un peu, mais dont on redemande encore maintenant que c’est terminé ! On n’a vraiment pas senti les 1000km qu’on a parcouru, absorbés par la beauté des paysages par lesquels on est passés, distraits par toutes les sorties qu’on a faites et que, de toute façon, on aurait pas pu faire seuls. C’est une partie du monde complètement atypique, qu’on a adoré découvrir, et on est bien contents d’avoir partagé ça avec Louis et Marie !! Sur le podium dans les tops de notre voyage !!!


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 commentaires sur “y’a pas qu’dans le beurre qu’y a du sel…