Valparaiso 5


Nous voilà au Chili !!! Cette toute petite bande qui longe le pacifique sur plus de 4000km !! Nous sommes arrivés à Arica, dans le nord, après être passé par le poste frontière terrestre le plus sophistiqué qu’on ait croisé depuis le début du voyage ! L’impression de prendre l’avion: les rayons X, les chiens qui reniflent nos sacs… (Rassurez-vous, ils n’ont rien trouvé !!).

Bref, on sent qu’on arrive dans un pays plus « occidentalisé », plus riche. D’ailleurs ça se confirme quand on arrive à Arica, après avoir descendu la cordillère des Andes côté Chilien et retrouvé quelques paysages dignes du Sud Lipez, pour notre plus grand plaisir. Le nord du Chili est très aride, on dit même qu’Arica est la ville la plus sèche du monde ! En effet, on passe par des paysages lunaires, ou seuls le relief et quelques touffes de végétations clairsemées donnent un peu de vie. Lorsqu’on arrive dans la ville, on sent tout de suite qu’on a changé de pays. Nouvelle monnaie (On a changé le reste de nos bolivianos pour des pesos), les gens sont tous hyper sympa, prêts à rendre service, les automobilistes vous laissent passer… Contrairement aux autres pays dans lesquels on est passé, et où on avait un peu peur à chaque fois qu’on devait traverser la route tellement ils conduisent comme des bourrins, ici, on pourrait passer les yeux fermés ! C’est chouette !

On dort chez Eva, chez qui on a réservé une chambre en air bnb…Le choc ! Positif, hein, mais quand même ! Une maison isolée, un vrai canap ‘, une douche comme chez nous, et non pas une douche électrique qui nous envoie des châtaignes en se douchant (un peu limite vous en conviendrez…Cloclo est mort comme ça !) : On est trop content ! Ca fait du bien un peu de vrai confort ! En plus Eva est adorable ! Dommage, on ne restera pas très longtemps, on est arrivé tard après notre journée de bus, et on repart tôt le lendemain, on a un vol qui nous attend pour Santiago.

On a prévu de descendre rapidement au sud pour privilégier la Patagonie… Ces grands espaces nous font rêver, et on sait qu’il va nous falloir un peu de temps si on veut bien profiter, du côté chilien, mais aussi du côté argentin. Et comme descendre en bus à Santiago (qui n’est pourtant qu’au milieu du pays) prends plus de 30h, et que ce n’est pas beaucoup moins cher que l’avion… On a pris l’option de facilité. (Désolée l’empreinte carbonne…).

Allez, on vous invite à suivre nos aventures Chiliennes à partir de Santiago, ou plutôt de Valparaiso ou l’on reste quelques jours pour profiter de la mer !!

Oui, parce qu’on préfère filer rapidement vers Valparaiso et la mer, d’autant qu’on nous a dit le plus grand bien sur cette cité de bohème !

Léger soucis, bien qu’on ait quelques pesos en arrivant, il nous faut retirer des sous. Oui, sauf qu’aucun distributeur ne veut nous donner les fameux billets…On en a essayé de 3 banques différentes, rien n’y fait… Alors que Yann garde son calme, tranquille, me disant que tout va bien se passer, une légère angoisse commence tout de même à pointer son nez chez moi… On lit dans le routard que c’est un problème récurrent au chili, que de nombreuses banques refusent de donner de l’argent aux étrangers… Oui, bon bah c’est bien, mais on fait comment nous ?? Au bureau d’information on nous dit qu’il y a deux banques qui marchent…Et qu’on devrait les trouver à Valparaiso. Allez, on (ou plutôt « je ») me calme, on prend un bus et on y arrive une heure et demi plus tard. On est passé par des paysages à couper le souffle ! C’est vert partout ici, des forêts de pins, sur fond de montagnes enneigées…C’est top !

A Valparaiso, on tente direct de retirer des sous…échec…Encore… Euh… on respire…Oui, non mais quand même, c’est pas possible, comment font les touristes dans ce pays ? Heureusement, là aussi on avait réservé un air bnb, chez Cristian et Felipe, donc on n’a pas la nuit à payer. Mais il nous reste environ 30 euros…On va pas aller loin pendant deux mois et demi avec ça !

Arrivé dans notre nouveau chez nous, on est super bien reçus par Cristian, qui de surcroit est guide touristique dans la ville. On lui explique notre problème, il nous donne deux banques ou l’on peut se rendre le lendemain pour gérer ça. Il reconnait que c’est courant, mais qu’il y a toujours des solutions ! Très chouette, il nous sort direct une carte de la ville pour nous montrer tous les coins et recoins sympa de la ville et des environs. On lui dit qu’on n’est pas pressés, et que surtout, ce qu’on veut, c’est aller à la mer !! Y a trop longtemps qu’on ne l’a pas vue ! Ca me détend un peu de me poser chez eux, et ils sont vraiment adorables !

Le lendemain, victoire !! On a enfin des sous !! J’envoie direct un mail à ma banquière pour lui dire qu’on va retirer des grosses sommes, on sait jamais si on ne croise pas les bons distributeurs, on voudrait pas être de nouveau coincés !

C’est donc avec toute notre fortune en poche ce premier jour qu’on arpente les rues de la ville tranquillement, truffées de graffs tous plus beaux et colorés les uns que les autres, sous un soleil inespéré à cette époque-là de l’année ! De retour chez nos hôtes, on y laisse carte bancaire, passeports et une grosse partie de notre cash, pour ne garder que ce dont on a besoin…Et on a bien fait ! On vous l’a dit, tout le monde nous parait trop sympa au Chili…Sauf le type qui a tenté de me piquer mon sac à l’arrachée juste avant d’entrer dans un restau ce soir-là ! Quel connard !(Désolée, mais quand même !!)  Heureusement, mon sac était en bandoulière et bien fermé, il aura juste réussi à me faire peur sans rien attraper au vol. Après avoir mangé un petit plat local (Paila Mariscos, petit bouillon de fruits de mers, tous confondus, moules, palourdes, crevettes, calamar, le tout bouilli et servi dans un joli petit plat en poterie…) et s’être remis de nos mésaventures, on se dit qu’on fait bien de fonctionner comme on fait, et de laisser nos affaires importantes là où on dort ! Première fois en presque 6 mois de voyage qu’on se fait « emmerder »… Et dernière on espère !!

La suite de nos quelques jours à Valparaiso se déroule entre bords de mers, petites plages locales, visite des différents « cerro » dont le « cerro Concepción » (A défaut d’être passé dans la ville, Mona… 😉 ), avec ses escaliers de toutes les couleurs, ses rues hyper colorées, ses cafés à foison et ses magnifiques points de vue sur la ville très colorée, sur la baie et le port.

Les bords de mer ici, c’est pas la « croisette des anglais », ni la baule… La jetée a été privatisée par une entreprise portuaire, il n’y a pas d’accès possible. C’est un peu dommage, on aurait bien flâné sur le bord de l’eau. Mais qu’à cela ne tienne, on a le temps, on découvre la ville, petit à petit et on finit par découvrir une petite plage, à l’ouest, toute mignonne ! On se pose, le soleil est encore là, que du bonheur !! Par contre, l’eau est fraiche, ou plutôt très froide !! C’est le début du printemps ici, et la pluie étant souvent de la partie, l’eau n’a pas eu beaucoup le temps de chauffer…Pas de baignade donc, mais de jolies balades dans les environs, ou l’on croise d’ailleurs de sympathiques panneaux…nous annonçant par où courir en cas de Tsunami…Rassurant… Faut dire, le Chili est un pays ou ça bouge beaucoup ! De nombreux séismes, régulièrement et donc des risques de tsunami…On espère juste que ça n’arrive pas quand on y sera !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus dans la ville, il y a le port. Une vrai animation à lui tout seul! A côté, le port de Brest est tout petit ! Des cargos déposent des boites de toutes les couleurs, que des machines replacent en jouant avec une précision extrême au tétris !! Et puis, qu’est-ce qu’on voit dans le port… Un canard…Oui, enfin, un canard d’une vingtaine de mètres de haut ! Comme ceux avec lesquels on jouait dans le bain quand on était petits ! (Oh, rien de salace hein !!). On décide d’aller y jeter un œil de plus près, sur la muelle Pratt, et on découvre que c’est une expo temporaire mondiale. « El pato gigante » (Le canard géant) qui vient tout juste d’arriver à Valparaiso, avant de continuer son petit tour du monde ! De retour sur la place Sotomayor, on rentre tranquillement chez Les gars, avec qui on va passer la soirée à cuisiner et à boire du vin local !! Super chouette !!

Le voilier qui est sur l’image était à Brest 2016.
Les autres jours, la pluie s’est invitée. On s’autorise donc à prendre les fameux funiculaires de Valparaiso, attraction bien plus que véritable transport. Les ascenseurs datent de la fin du XIXè et du début du XXè.  Il y en a 15 mais seuls quelques uns sont encore en service. Tous sont classés monuments historiques mais seuls certains ont été rénovés, d’autres, comme celui qu’on a pris, ont gardé leur apparat de l’époque ! D’ailleurs, quand on est passé devant la première fois, on a cru que c’était abandonné… Original comme moyen de transport et vraiment folklorique ! Ascensor Artillería

Valparaiso nous aura vraiment plu, c’est une superbe ville portuaire, pleine de couleurs et de vie malgré la grisaille qui s’invite régulièrement ! On sent qu’il y fait bon vivre et que l’esprit créatif est présent à chaque coin de rue ! Beaucoup d’artistes de rue, de graffeurs, d’expos, de musées et surtout, toutes ces ruelles qu’on a adoré arpenter !! Par temps clair, on peut apercevoir au loin les sommets enneigés de la cordillère des Andes, c’est top !

Mais point trop n’en faut, ça reste une grande ville… Prochaine destination, à 1000 bornes de là environ…Oui, c’est très grand le Chili… L’île de Chiloe !!!

 

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires sur “Valparaiso